Social cooling et l’autocensure

Pratique d’autocensure très répandue chez le citoyen numérique, le social cooling traduit la paranoïa généralisée d’une société qui, pour contrer la surveillance de masse, préfère cultiver son exemplarité plutôt que de s’insurger contre l’exploitation des données personnelles… Patron intrusif, amant éconduit, agent de la NSA, intelligence artificielle de Google… Comme on ne sait jamais qui nous observe sur Internet, mieux vaut policer son comportement online. Telle est en tout cas la raison principale qui pousse nombre d’entre nous à renoncer à partager photos et statuts sur nos réseaux sociaux. Une méthode préventive qui, pour les plus précautionneux, s’accompagne en parallèle d’un recours à la création de faux profils, à la navigation privée, voire à la conversion au dark web. Ce phénomène d’autocensure, le chercheur néerlandais Tijman Shep l’a baptisé social cooling (littéralement « refroidissement social»).

« La marchandisation systématique de nos données met en péril notre vie sociale, au même titre que la surexploitation des énergies fossiles conduit à l’empoisonnement de notre environnement »

Culture du conformisme
Sur un site dont la mise en ligne remonte à janvier 2017, Tijman Shep définit son néologisme par une analogie avec le réchauffement climatique. A ses yeux, la marchandisation systématique de nos données met en péril notre vie sociale, au même titre que la surexploitation des énergies fossiles conduit à l’empoisonnement de notre environnement. Avec sa théorie du refroidissement, Shep dénonce une économie de la réputation où la valeur repose sur l’aversion au risque et la culture du conformisme. En effet, plus les entreprises de data broking transforment nos innombrables traces numériques (cookies, contenus postés, formulaires d’inscription, etc.) en données « dérivées » potentiellement préjudiciables (orientation sexuelle, opinion religieuse ou politique, comportements à risque, etc.), plus nous vivons dans une atmosphère de suspicion permanente où il ne faut rien avoir à cacher. C’est avant tout l’affaire Snowden qui a révélé, puis accéléré, la pratique du social cooling. Les premiers effets du refroidissement se constatent d’après lui dès 2013, dans le sillon du scandale PRISM, avec notamment une chute de 20 % aux États-Unis du nombre de pages consultées sur Wikipédia dans la catégorie « terrorisme ».

E-reputation et clientèle
La même année, le New York Times publie un article sur l’étonnante désaffection des étudiants américains pour les concours de tee-shirts mouillés lors du Spring Break. Tijman Shep souligne également le refus, en 2015, de la prestigieuse British Library d’archiver en son sein des journaux officiels et des extraits de propagande radio raflés aux autorités talibanes, le tout au nom de la sécurité intérieure. Enfin, il ne manque pas d’observer le comportement de certains médecins new-yorkais qui, soumis à un système de notation fédéral, ont fini ces derniers mois par refuser d’opérer des patients à risque dans le but de préserver leur e-réputation et de maintenir l’afflux de la clientèle. Une pratique qui rappelle celle appliquée aujourd’hui en Chine, dont chaque ressortissant se voit désormais attribuer une « note de confiance » en fonction de la respectabilité de son discours sur les réseaux sociaux. Une note dont dépend l’attribution de prêts ou de visas de travail.

Surveillance panoptique
Toutes ces illustrations confortent Tijman Shep dans l’idée que nous vivons désormais dans une société de surveillance panoptique (référence à l’architecture carcérale imaginée à la fin du XVIII e siècle par le philosophe Jeremy Bentham). Une société dans laquelle la révolution de l’Internet des objets, combinée à la pression sociale du marketing prédictif, constitue un moyen efficace pour contrôler les individus qui, se sachant observés en permanence, se laissent imposer docilement de nouveaux comportements. Avec l’activation, en octobre 2017, de la première black box en France, le débat a enfin trouvé un certain écho médiatique. Car si ce dispositif permet – en théorie – aux renseignements d’analyser de grandes quantités de données anonymisées afin de détecter une menace terroriste et de les désanonymiser en cas de réel danger, la définition officielle d’une « menace » reste délibérément floue. Une tactique d’intimidation autoritaire pour les uns, un nécessaire progrès dans la lutte contre la terreur pour d’autres. Pour y voir plus clair, il faut citer ici ces mots d’Edward Snowden, qui continuent d’interpeller : « Il est aussi stupide de dire “Je n’ai rien à cacher car je ne fais rien de mal” que de dire “Je me moque de la liberté d’expression parce que je n’ai rien à dire”.»

 

Poster un Commentaire

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des