Marea 160 térabits par seconde

Le câble « Marea » transmettra des données à 160 térabits par seconde. Microsoft et Facebook viennent de poser un câble Internet ultrarapide de 4000 miles (6437 km) à travers l’Atlantique. Lorsque celui-ci sera mis en service l’année prochaine, il transmettra des données à 160 térabits par seconde, ce qui est suffisant pour diffuser en même temps 71 millions de vidéos haute définition. Le câble, appelé Marea, est seulement environ 1,5 fois plus épais qu’un tuyau d’arrosage et s’étend de Virginia Beach aux États-Unis à Bilbao en Espagne. Northern Virginia a longtemps servi de plaque tournante pour les centres de données Internet. Ce dernier câble relie les États-Unis à l’Europe et, de là, à l’Afrique, au Moyen-Orient et même à l’Asie. Microsoft affirme que c’est le câble sous-marin de la plus haute capacité à traverser l’Atlantique, avec des vitesses plus de 16 millions de fois plus rapides que la connexion Internet moyenne à domicile. Telxius, une filiale du fournisseur de télécommunications Telefónica, est le troisième partenaire et gérera le processus de construction et d’exploitation du câble. Telxius affirme que le câble offrira aux clients, une connexion Internet à moindre coût tout en facilitant les mises à niveau de l’équipement.

 

C’est ainsi que les entreprises technologiques veulent maintenant leurs propres câbles. Traditionnellement, les entreprises de télécommunication sont celles qui investissent dans la construction de câbles sous-marins, cependant, les géants de la technologie comme Microsoft, Facebook et Google sont de plus en plus demandeurs. C’est la première fois que Facebook joue un rôle actif dans la construction d’un câble, plutôt que d’investir dans des projets existants ou d’utiliser les câbles d’autres entreprises. L’année dernière, Amazon Web Services (AWS) a investi dans le câble sous-marin Hawaiki pour accélérer les performances de ses clients dans le cloud. Le câble sous-marin Hawaiki, qui devrait être opérationnel en juin 2018, sera le lien le plus rapide et le plus important entre les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les géants de la technologie utilisent de plus en plus de bande passante. TeleGeography estime que les fournisseurs de contenu représentent désormais 38% de la bande passante internationale utilisée dans le monde entier. Avoir leurs propres câbles dédiés signifie qu’ils peuvent les utiliser comme ils l’entendent.

 

 

Un peu d’histoire … les dessous de la technologie: lorsque nous regardons les dernières séries télévisées ou que nous téléchargeons des photos haute résolution, nous ne sommes probablement pas conscients que ces données transitent dans le monde entier via des câbles sous la mer. En fait, 99% des données circulent de cette façon. Aujourd’hui, il y a plus de 420 câbles sous-marins en service qui s’étendent sur plus de 700 000 miles (1,1 million de kilomètres) dans le monde. Ce n’est pas un phénomène nouveau, cependant. Le premier câble transcontinental, posé en 1858, reliait l’Irlande à Terre-Neuve et rendait possible la communication télégraphique entre l’Angleterre et le Canada. Actuellement, le câble Internet sous-marin ayant la plus grande capacité au monde est une liaison de 5 600 milles (9012 km) entre les États-Unis et le Japon. Nommé « Faster », le câble relie l’Oregon aux États-Unis vers le Japon et Taiwan. Il appartient à Google et à un consortium d’autres sociétés de communication.

 

Publié par le 29 octobre 2017. Classé dans ORIGINAL TECH. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion