Composants éphémères et souvent brisés

Tous les ans, la SIIA (Software & Information Industry Association) organise la conférence AATC : « All About The Cloud » . A propos d’un grand acteur en la matière : Adrian Cockcroft « Director of Infrastructure, Cloud Systems » de Netflix. Netflix est le premier fournisseur mondial de VOD (Vidéo à la demande). L’exposé fait par Adrian Cockcroft sur leur stratégie Cloud était vraiment impressionnant. Tous les responsables d’infrastructures et d’applications des grandes et très grandes entreprises devraient s’inspirer de la démarche « industrielle » de Netflix, qui explique comment on peut fournir des services de qualité avec des composants imparfaits. Il définit très bien ce « nouveau challenge d’ingénierie »:

«Construire des services extrêmement agiles et à très haute disponibilité en utilisant des composants éphémères et souvent cassés (broken)»

Le titre de son exposé était :  » Dystopia as a Service  » … On retrouve dans son remarquable exposé une opposition classique entre le monde anglo-saxon, très pragmatique, et la culture française qui privilégie trop souvent l’utopie du parfait. C’est particulièrement vrai en informatique où nous avons inventé des absurdités qui ont pour noms maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre et autres cahiers des charges de centaines de pages censés représentés les besoins idéaux des utilisateurs.

Comme le dira souvent Adrian dans son exposé, nous vivons dans un monde imparfait où il y a :
Pannes matérielles.
Pannes d’infrastructures logicielles.
Pannes d’applications.

Toute la démarche « dystopienne » de Netflix consiste à accepter qu’un monde informatique parfait ne soit qu’une utopie et faire en sorte que les clients de Netflix disposent de services de très haute qualité, indépendamment de toutes les pannes qui se produisent dans les différents composants informatiques utilisés. Pour ceux qui ne connaissent pas bien Netflix, ses clients représentent un tiers des flux internet, le double de ceux de YouTube ! A titre d’illustration, Netflix a fait récemment un test de « survie » en fermant d’un seul coup 1/3 des serveurs utilisés pour vérifier que cette « grande panne » n’avait aucun impact sur la qualité perçue du service. Une autre idée forte que j’ai retenue de cette présentation est celle de la démarche « Bus-Dev-Ops » : les métiers (Business) travaillent avec les développeurs (Dev) et l’exploitation (Operations). Chaque ligne Bus-Dev-Ops travaille indépendamment des autres, peut apporter chaque jour, chaque minute, des modifications aux services proposés et doit pouvoir le faire sans se préoccuper des potentiels impacts sur les autres Bus-Dev-Ops ! Plus facile à dire qu’à réaliser ! plus d’infos ici : *** Dystopia as a service ***

classement-stream

 

One thought on “Composants éphémères et souvent brisés”

  1. Thanks for any other great post. The place else could anybody get that kind of information in such an ideal means of writing? I’ve a presentation subsequent week, and I am at the look for such information.

Laisser un commentaire